chevronRetour aux articles
Divorce & Séparation
Légal

Relation conflictuelle entre ex-conjoints : comment la médiation peut vous aider ?

Copl
[object Object]

Une séparation, même à l’amiable, n’est pas chose facile. Au-delà de l’insécurité émotionnelle qu’on peut traverser, il faut aussi se mettre d’accord sur un certain nombre de points pratiques. Que fait-on de la maison ? Comment organiser la garde des enfants… ? 

Si, en plus, les ex-conjoints se déchirent, ces questions pragmatiques peuvent rapidement tourner au cauchemar. Il peut alors être utile de se tourner vers la médiation pour bénéficier d’un accompagnement et de la présence d’une personne neutre au moment de prendre des décisions. Pour mieux comprendre en quoi la médiation consiste, nous avons interrogé Valérie Claeys, médiatrice et coach.

 

Qu’est-ce que la médiation ?

En cas de séparation ou de divorce, on peut se tourner vers la médiation familiale. Mais en quoi consiste le principe de médiation dans ce contexte ? « Il s’agit d’une méthode alternative de résolution de conflit, une façon de régler les différends d’un couple lors de sa séparation ou de son divorce », explique Valérie Claeys. Elle précise également que cette procédure, inspirée des méthodes américaines et canadiennes, a été adoptée tardivement en Belgique. La loi ne date en effet que de 2005.

 

Comment se déroule une séance de médiation ?

Et en pratique, la médiation, ça se passe comment ? Valérie Claeys rappelle qu’en cas de divorce, par exemple, il faut se mettre d’accord sur un ensemble d’éléments (comme la division du patrimoine ou un système de garde des enfants si le couple en a) pour divorcer par consentement mutuel. Ces éléments sont ensuite intégrés dans une convention à faire homologuer par le juge. 

Si les ex-conjoints ne souhaitent pas communiquer, ils peuvent se dessaisir de leur dossier et laisser les avocats et le juge trancher. Mais, si on souhaite rester maître de son dossier, on peut demander l’aide d’un médiateur. « Celui-ci va agir comme un facilitateur pour atteindre les accords nécessaires. Le médiateur est une personne neutre, impartiale, qui a pour objectif d’amener le couple à trouver un accord juste et équilibré pour chaque partie », précise la médiatrice. La médiation offre un espace d’échanges à la fois ouvert et sécurisant, où toutes les questions peuvent être abordées, où les émotions ont leur place et où le dialogue peut petit à petit se reconstruire.

 

Est-ce qu’un avocat intervient pendant la médiation ?

Valérie Claeys explique que l’avocat n’est pas présent lors des séances de médiation. Cela n’empêche pas d’en consulter un à côté, pour se renseigner sur ses droits et ses devoirs, lui faire relire les accords si on le souhaite… Cependant, pendant les séances, les ex-conjoints se retrouvent seulement avec le ou les médiateurs. Dans le cas de Valérie Claeys, son travail se fait en binôme avec Yves Dinsart, son co-médiateur. La séance se passe donc essentiellement à quatre. Mais, bien sûr, chaque médiateur a ses propres méthodes.

 

Pourquoi aller voir un médiateur ?

Pour Valérie Claeys, « choisir la médiation demande du courage ». En effet, l’une des deux personnes peut ne pas avoir choisi la séparation ou avoir été blessée par son ex-conjoint. Ce n’est alors pas évident d’engager le dialogue. Cependant, la médiatrice précise que cela permet de retrouver un certain pouvoir sur sa vie, en prenant part aux modalités de la séparation. 

Elle précise également qu’on ne va pas seulement voir un médiateur quand la séparation se passe bien. Bien sûr, cela peut arriver et le médiateur peut alors accompagner le couple dans l’inconnu des démarches et les doutes. Néanmoins, cela peut être particulièrement intéressant quand les ex-conjoints vivent une relation conflictuelle et peinent à s’accorder.

Le médiateur est alors là pour accueillir chaque personne ainsi que sa souffrance. Valérie Claeys explique que certaines personnes peuvent arriver avec des assertions comme « Je veux la maison » ou » Je veux garder les enfants à 100% ». Souvent, de grandes souffrances se cachent derrière ces phrases, comme un besoin de sécurité et la crainte de ne plus avoir de toit, la peur d’être un mauvais parent en ne se battant pas pour l’hébergement principal de ses enfants… Dans ce tourbillon d’émotions, le médiateur est là pour écouter les besoins de chacun avec humanité. Le travail réalisé doit être constructif et tenter de dénouer les choses pour trouver des solutions justes. Même si le couple n’existe plus, les ex-conjoints restent un couple parental pour leurs enfants, il est donc essentiel de pouvoir maintenir la communication, même si c’est avec l’aide d’un médiateur.

 

Quel est le rôle d’un médiateur agréé ?

Valérie Claeys explique que, quand un couple qui se sépare a recours aux tribunaux, il doit avoir conscience qu’il perd la main sur la situation et qu’un juge prend le relais en ce qui concerne la solution. De plus, celui-ci va prendre une décision à la lumière des droits et des obligations des parties impliquées. La médiation se présente alors comme une alternative qui ne se limite pas seulement aux questions juridiques. « Le recours à la médiation permet aux parties non seulement de rester, à tout moment, maîtresses de leur différend, mais aussi d’élargir considérablement la discussion et le champ des possibles », précise la médiatrice. 

Quant au rôle du médiateur, il est bien différent de celui du juge puisqu’il ne prend pas de décision à la place des parties. L’objectif n’est ni de juger ni de prendre parti. Valérie Claeys décrit le médiateur agréé comme « un intervenant professionnel spécialement formé, neutre et indépendant, dont le rôle consiste à :

  • garantir un cadre de discussion sécurisant pour les parties,
  • rétablir un dialogue constructif entre elles,
  • les aider à élaborer, ensemble, des solutions sur mesure qui leur conviennent et auront donc plus de chances d’être durables. »

C’est un processus plus rapide et moins coûteux qu’une procédure classique, précise également Valérie Claeys. « En effet, un accord de divorce obtenu au terme d’une médiation coûte trois à cinq fois moins cher qu’une procédure devant les tribunaux ». 

 

Le mot de la fin

Valérie Claeys explique que, pour entrer en médiation, il faut avoir une attitude d’ouverture malgré sa colère et sa souffrance, manifester une certaine curiosité, être prêt à écouter. « Ensuite, le médiateur est là pour accueillir les pleurs, la colère… Il va offrir un cadre sécurisant pour que, si nécessaire, même des choses difficiles puissent être dites », précise la médiatrice.  

Alors, si vous vivez une séparation et que vous ressentez le besoin d’être accompagné dans ce processus difficile, n’hésitez pas à contacter un médiateur. Les équipes de Copl sont également à votre disposition pour vous écouter et vous mettre en contact avec des médiateurs.

 

Plus de conseils sur le couple dans ces articles : 

Envie de parler à notre personne de confiance, de découvrir les experts Copl ou de ne rien manquer de notre actualité ? N’hésitez pas à vous inscrire à notre plateforme et/ou à notre newsletter.

Vous avez une question spécifique à ce sujet ?

Posez-la nous gratuitement et nous reviendrons vers vous avec une réponse au plus vite. 

Vous avez une question spécifique à ce sujet ?
Recevez directement nos meilleurs conseils dans votre boite mail
preload
Une question vous démange ? Contactez-nous en envoyant votre question sur ✉️ conseil@copl.be