chevronRetour aux articles
Amour & Couple
Psycho

« Qui sont ces couples heureux ? » À la rencontre d’Yvon Dallaire

Copl
[object Object]

Être heureux en couple sur le long terme, est-ce une utopie ou peut-on en faire une réalité ? Voilà une question que chacun se pose au moins une fois lorsqu’il est engagé dans une relation. Que faire pour que ça marche ? Et si tous les couples avaient une date de péremption ? Comment trouver les clés pour être heureux ?

Nous avons eu la chance de rencontrer Yvon Dallaire, psychologue, formateur, conférencier et auteur d’une trentaine de livres, dont une trilogie sur le bonheur conjugal. Le premier tome, intitulé « Qui sont ces couples heureux », a été le point de départ de notre entretien, à la recherche du bonheur à deux.

Qui est Yvon Dallaire ?
 

Pour ceux qui ne le connaissent pas encore, Yvon Dallaire est un psychologue québécois renommé, membre de l’Ordre des psychologues du Québec. À 18 ans, il découvre le livre du psychothérapeute belge Pierre Daco, « Les prodigieuses victoires de la psychologie moderne », et c’est le déclic : voilà la discipline qu’il souhaite étudier. 

Après ses études à l’université Laval, il entame une carrière de professeur et enseigne dans un collège pré-universitaire pendant près de deux décennies, avant de se concentrer sur sa pratique privée dans le domaine conjugal. Dès les années 2000, Yvon Dallaire parcourt la francophonie pour y donner des conférences, l’intérêt du public pour le couple étant saillant. 

Pourquoi avoir écrit « Qui sont ces couples heureux » ?

L’ouvrage « Qui sont ces couples heureux », sorti en 2006, est le premier d’une trilogie sur le bonheur conjugal, complété par « Qui sont ces femmes heureuses ? » (2009) et « Qui sont ces hommes heureux ? » (2010). Comme l’explique Yvon Dallaire, « c’est le résultat d’importantes recherches sur les couples heureux à long terme, de 40 ans de consultations et de 50 ans de vie de couple ». Ce premier tome est préfacé par l’écrivain et psychosociologue Jacques Salomé et bénéficie de la contribution de la sexologue Catherine Solano pour un chapitre. 

Lorsqu’on demande au psychologue à qui est destiné ce livre, il répond « à tout le monde, à tous ceux qui veulent être heureux en couple à long terme ». Car, selon des statistiques qu’il présente, 50% des couples se séparent, 30% se résignent et 20% sont heureux, car oui, c’est possible ! C’est en réalisant l’ampleur de la demande liée au domaine conjugal qu’Yvon Dallaire a choisi de se spécialiser et de développer une approche de gestion du problème plutôt que de résolution de celui-ci. Il précise : « les couples heureux, ce sont ceux qui apprennent à gérer les crises, les moments critiques, les conflits… souvent insolubles mais gérables. Ils vivent la même chose que les autres couples mais ils l’affrontent différemment. » Il a d’ailleurs développé une formation en thérapie conjugale positive à court terme et axée sur la gestion des conflits inévitables de la vie à deux, qu’il enseigne aux intervenants en relation d’aide.

Le bonheur, ça s’apprend ?

Être heureux, est-ce purement une affaire de volonté ou la génétique s’en mêle-t-elle un peu ? 

Selon, le psychologue, il y a 3 dimensions au bonheur : 

  • 10% sont liés à notre vécu, tant les événements heureux que les catastrophes traversées nous influencent.
     
  • 40% correspondent à notre attitude mentale : voit-on le verre à moitié plein ou à moitié vide ? Est-on capable de tirer les bonnes leçons pour éviter que les difficultés ne se répètent ?
     
  • Enfin, 50% sont hérités et dépendent de nos télomères, des éléments d’ADN non codants situés sur nos chromosomes. Certains d’entre nous disposent de deux télomères longs qui nous rendent plutôt optimistes, d’autres de deux télomères courts qui participent à notre pessimisme.

Il est souvent difficile de se dire que le bonheur, ça se construit et de ne pas laisser les 60% liés à notre héritage et à notre vécu prendre le dessus quand on enchaîne les peines de cœur et les obstacles personnels. Pourtant, Yvon Dallaire est formel : « le bonheur, ça s’apprend comme une nouvelle langue, seul ou à deux, ça se partage… ».

 

https://splitup-uploads-production.s3.eu-central-1.amazonaws.com/file-11.png-45cd7e94-5049-49cc-8a46-e61b207c6e94.png

Que peut apporter une thérapie conjugale ?

Dans une thérapie conjugale, le psychologue devient l’interprète des deux partenaires, précise Yvon Dallaire. En effet, pour faire écho au livre de Frédéric Beigbeder, la passion dure 3 ans, du fait de la production d’hormones en début de relation. Mais il faut déconstruire la vision du cinéma, car l’amour, ce n’est pas la passion, c’est ce qui éclot quand celle-ci diminue. Il faut alors apprendre à interagir, à faire des compromis, à s’écouter… 

Pour expliquer cela, Yvon Dallaire utilise souvent la métaphore du jeu. « C’est comme si on avait un jeu de dames et un jeu d’échecs. Il ne faut pas vouloir imposer ses règles du jeu à l’autre mais être ouvert à l’apprentissage de nouvelles règles ».

Car, dans un couple, tout est question de perception. Le psychologue prend l’exemple d’un couple qui se dispute : un conjoint choisit de se murer dans le silence. Pour lui, il s’agit d’apaiser le conflit et d’éviter qu’il ne dégénère, pour l’autre, cela peut être ressenti comme un rejet. Dans un second cas, une épouse offre des conseils non sollicités à son mari. Il peut interpréter cela comme une façon de l’infantiliser ou comme une preuve d’amour. Selon sa perception, cela créera des tensions ou non. Parfois, on a besoin du regard extérieur d’un expert pour prendre du recul et comprendre cette différence de perception.

Dès lors, comment faire pour être sur la même longueur d’onde ? Yvon Dallaire conseille de « dire oui à la gestion de problème, plutôt qu’à sa résolution ». Voilà un exemple pratique pour illustrer cela : un couple n’est pas d’accord en ce qui concerne la gestion de l’argent car l’un veut assurer le futur et épargner, tandis que l’autre veut profiter de ses revenus au jour le jour. Dans cette situation, personne n’a raison, il n’y a donc pas UNE solution à trouver. Il faut négocier, trouver une entente, par exemple en faisant un budget dans lequel il y a un compte épargne et un compte loisirs. Ainsi, comme le conclut Yvon Dallaire, « les deux seront satisfaits ».

Quel conseil donner pour être plus heureux en couple ?

« Il n’y a pas de recette miracle adaptable à tous les couples », précise immédiatement Yvon Dallaire. Chaque couple doit trouver ses propres ressources. 

Il propose cependant quelques conseils pour les couples qui ne savent pas par quoi commencer : 

  • Les couples heureux se font 5 à 10 fois plus de compliments que de reproches.
     
  • Dans un couple heureux, le reproche est dirigé vers un comportement, non vers la personne. Par exemple, on dira factuellement « Tu es en retard », plutôt que de critiquer : « Je ne peux jamais te faire confiance pour être là à temps ». 
     
  • Les couples heureux sont ceux qui désamorcent. Comme le dit Yvon Dallaire, « on peut choisir d’être heureux plutôt que d’avoir raison ».

Le mot de la fin

Quoi de mieux pour clore cet article que cette belle phrase d’Yvon Dallaire qui nous rappelle que « le bonheur, c’est profiter de ce que j’ai, même si je n’ai pas tout ce que je veux, et profiter de ce que je suis, même si je ne suis pas toujours à la hauteur ». 

Pour en savoir plus, nous vous encourageons à découvrir « Qui sont ces gens heureux ? », d’Yvon Dallaire, paru aux Éditions Option Santé et à visiter son site https://yvondallaire.com.

Plus de conseils sur le couple dans ces articles : 

Envie de parler à notre personne de confiance, de découvrir les experts Copl ou de ne rien manquer de notre actualité ? N’hésitez pas à vous inscrire à notre plateforme et/ou à notre newsletter.

Vous avez une question spécifique à ce sujet ?

Posez-la nous gratuitement et nous reviendrons vers vous avec une réponse au plus vite. 

Vous avez une question spécifique à ce sujet ?
Recevez directement nos meilleurs conseils dans votre boite mail
preload
Une question vous démange ? Contactez-nous en envoyant votre question sur ✉️ conseil@copl.be