chevronRetour aux articles
Divorce & Séparation
Psycho

Déconstruire l’évidence et construire l’inconnu

Yuna
[object Object]

« Un jour ton prince viendra, un jour il t’aimera, vous aurez plein d’enfants et vivrez heureux jusqu’à la fin des temps »

Voilà en substance les fondements de mon éducation.

J’ai effectivement rencontré un prince, mais il n’était pas charmant. Je me suis mariée, je l’ai aimé, mais les sentiments n’était pas réciproques. J’ai voulu plein d’enfants, mais lui s’égarait sur d’autres chemins. Et nous n’avons pas vécu heureux, et encore moins jusqu’à la fin des temps. Fin de l’histoire !

Quand j’ai réalisé qu’aimer pour deux ne suffisait pas, que chacune de ses sorties me faisaient peur à en rompre mon cœur, quand il n’y a plus d’amour, de confiance, de respect, j’ai décidé de partir. Les enfants étaient encore très petits, mais je n’en pouvais plus.

Seulement voilà, partir oui, mais comment ? Aucun dessin animé de Disney ou film romantique des années 80 dont on m’avait abreuvé ne m’avait préparé à ça. A l’époque le divorce était encore tabou. J’ai passé des soirées entières, seule, à préparer ma survie.

Première étape : lui en parler. J’avais besoin de comprendre. Il a bien évidemment nié ses infidélités. Je lui ai demandé de changer de travail, puisque c’est là que se trouvait le vivier de ses conquêtes. Il a refusé. Sa solution : aller voir une psychologue de couple. Pas très efficace dans la mesure où elle m’a demandé de réfléchir en quoi je pourrais être responsable des infidélités de mon mari. S’en était trop, j’ai claqué la porte. Exit la psy. 

Seconde étape : en parler avec mes proches. C’est finalement auprès de mes amies, elles même en pleine séparation avec les amis de mon mari, que j’ai puisé la force de continuer. 

Troisième étape : chercher un appartement. Attendre la fin de l’année scolaire avant d’en parler aux enfants pour ne pas les perturber.

Quatrième étape : trouver un professionnel pour le volet juridique du divorce. Heureusement une amie est notaire et a proposé son aide et son soutien. Cette étape, obligatoire car la seule officielle pour mettre un terme à ce mariage, fut la plus longue et la plus difficile. On y aborde l’aspect financier : vente de notre loft, partage des biens communs acquis pendant le mariage, frais ordinaires et extra ordinaires des enfants. On doit négocier la garde partagée. C’est là que j’ai réalisée qu’en plus de porter l’appellation de « divorcée » je devenais aussi « maman à mi-temps » ! Cette partie-là reste, aujourd’hui encore, la plus douloureuse. Mais aucune loi ne protège les gens victimes d’un conjoint infidèle. Avant le parent infidèle payait pour ses erreurs. Aujourd’hui peu importe, tout le monde passe en garde partagée. Me voilà avec une injustice de plus sur les épaules.

Cinquième étape : l’annonce aux enfants. A la fin de l’année scolaire j’ai annoncé (parce que oui, il a été lâche jusqu’au bout ne voulant pas le leur annoncer) la situation aux enfants. Du haut de leurs 5 et 7 ans elles ont pleuré…mais uniquement pour deux raisons : « quoi ça veut dire qu’on ne part pas en vacances ? » et « maman on garde le chat quand même ? » Nous sommes donc tous partis en vacances et j’ai tenté de rassurer au mieux mes filles par rapport à l’avenir. Les enfants peuvent tout comprendre quand on leur explique honnêtement les choses.

Sixième étape : le déménagent au retour des vacances. Entourée de proches qui sont venus aider. Avec les enfants pour qu’elles participent au processus. Le papa de son côté est sorti fêter ça le soir en discothèque avec ses copains. No comment.

Septième étape : La convocation au Tribunal pour le divorce. Etre convoqué au Tribunal devant un juge sonnait de nouveau comme une sentence, comme si j’étais coupable. Coupable de quoi ? D’avoir choisi le mauvais Prince !

En sortant du Tribunal, j’étais divorcée. Voilà, douze ans de vie commune, deux enfants, et j’en étais là. Il ne me restait plus qu’à poursuivre ma route, en mode « maman solo ».

Deux semaines après mon déménagement mon ex-mari m’avait déjà remplacé. C’est dire à quel point je comptais pour lui. Et bien sûr elle s’est mise à s’occuper de mes enfants quand c’était la garde du papa. Une autre que moi s’occupait de mes « bébés ». Un déchirement.

Il a fallu un an pour que les larmes cessent de couler. Comme il fallait aller de l’avant il a fallu passer par la case « sites de rencontre ». Pas la meilleure expérience de ma vie. Entre les cœurs brisés comme le mien et les pervers, il a fallu s’accrocher.  Jusqu’au jour de la bonne rencontre, la construction d’une nouvelle vie en mode « famille recomposée ». Mais le modèle n’a tenu que quatre ans. 

Alors aujourd’hui, après toutes ces années je poursuis ma vie de maman solo, avec mes deux filles qui sont devenues des ados. 

Il n’y a pas de recette à l’amour, ni au divorce. Mais un accompagnement et des conseils professionnels peuvent certainement aider à ne pas se perdre dans cette terrible épreuve qu’on n’avait pas attendue sur notre chemin…

Yuna

Vous pouvez également retrouver le témoignage audio de Yuna sur Instagram.

Découvrez-en plus sur la vie de couple

Découvrez nos autres articles de blog sur le sujet. Et pour ne pas manquer nos nouveaux articles, inscrivez-vous vite à notre newsletter.

Nos catégories d'articles incontournables

Amour & Couple
Famille
Sexualité
Divorce & Séparation
Bien-être
Psycho
Légal
Finance

Soyez guidé et rassuré grâce à Copl !

Copl vous accompagne sur tous les aspects du couple afin de vous épanouir au mieux. Inscrivez-vous et bénéficiez de notre accompagnement gratuit ! 

Vous aimeriez être accompagné sur cet aspect par Copl ?
Inscrivez-vous gratuitement et bénéficiez de notre accompagnement !
Recevez directement nos meilleurs articles dans votre boite mail
Inscrivez-vous à notre newsletter !
Loading ...
preload
logo
hamburger