chevronRetour aux articles
Amour & Couple
Psycho

Témoignage: “On croyait être un couple solide jusqu’à ce qu’on vive le baby clash”

Copl
[object Object]

 

La naissance d’un enfant, un heureux événement? Pour un couple sur cinq, c’est un tel bouleversement que cela les mène à la crise de couple, comme nous le témoigne Florence. 

Baby clash. C’est le nom que l’on donne à la crise que vivent certains couples à la naissance de leur bébé. Des turbulences vécues par 20% des jeunes parents - soit un couple sur cinq - qui ont bien failli conduire Florence et son mari au divorce. La jeune maman nous explique ce qu’elle a compris de cette crise profonde.
 

« On pensait être vraiment préparés à devenir jeunes parents… Mais notre couple ne l’était pas du tout ».

Déjà parents chacun de leur côté, Florence et son mari Gilles ont décidé, après huit ans de relation, de se lancer dans une aventure parentale commune: « Gilles et moi avons chacun eu un fils. Quand nos aînés ont eu 18 ans (ils ont le même âge), nous avons ressenti le besoin de faire un bébé à nous. En plus, on avait tous les deux fêté nos 40 ans et on était certains d’avoir le recul nécessaire pour vivre les choses sereinement ». Le couple fait en sorte de se préparer au mieux à l’accouchement: ils suivent des cours d’haptonomie, des cours de préparation à la naissance, préparent à leur bébé une jolie chambre. « Clairement, pendant la grossesse, on nageait dans le bonheur… On pensait vraiment être prêts à devenir parents ». 

Du bonheur à la crise de couple

Si l’accouchement et le séjour à la maternité se passent sans encombre, une fois à la maison le couple vit rapidement ses premiers heurts. « J’ai complètement fusionné avec notre fille. J’ai ressenti un tel amour pour elle. C’était si intense et profond qu’elle est de suite devenue tout mon monde. De son côté, Gilles n’a pas eu ce coup de foudre ». Indépendant, le jeune papa retourne très vite travailler… Ce qui n’a pas aidé Gilles à créer un lien avec sa fille. « Il est reparti au travail et à sa vie: il a continué son sport, ses soirées entre potes… De mon côté, je me retrouvais souvent seule avec la petite… Et même si j’adorais ça, je portais aussi toute cette nouvelle charge mentale ». 

Un comportement qui génère une grande frustration chez la quarantenaire. « Forcément, j’ai commencé à lui faire des remarques, à mettre en lumière ce qu’il ne faisait pas. Concrètement, je suis devenue la femme chiante qui râle tout le temps et les choses ont commencé à se corser entre nous ». Petit à petit, une distance se crée entre Florence et son mari. Les semaines passent et le couple se dispute de plus en plus: « On ne faisait plus que se disputer. Je lui renvoyais constamment ma frustration quant à son manque d’initiative en tant que papa, et lui me rappelait combien j’étais oppressante. La naissance de notre fille a vraiment fait basculer notre couple dans un cercle vicieux »

La difficulté de prendre sa place de père

Le couple n’arrive pas à trouver l’équilibre. Gilles ne prend pas sa place en tant que papa, et Florence se sent de plus en plus seule et incomprise. « On en était arrivé à s’engueuler matin et soir. Clairement, on n’en pouvait plus. J’étais doublement épuisée d’avoir à demander à mon mari de prendre en main sa place de papa et de gérer tout de front. J’étais au bout du rouleau. Alors j’ai demandé une pause ». Le couple décide que pendant cette crise, bébé restera à leur domicile et qu’ils partageront le logement à tour de rôle… Une organisation qui a permis à Gilles de comprendre les reproches de sa compagne. 

« C’était la première fois qu’il restait seul avec notre fille. Il devait la garder pendant 48h - c’est-à-dire deux nuits - avant que ce soit à moi de m’en occuper. Dès la première nuit, ça s’est mal passé. «Gilles ne savait pas quoi faire et m’a appelé. Mon cœur de maman en avait gros, mais j’ai refusé de rentrer. Il était temps qu’il comprenne ». 48 heures qui pousseront le papa à enfin communiquer. « Il m’a avoué ne pas avoir pris conscience de la place importante que prendrait ce bébé, et de la difficulté qu’il éprouvait à voir notre vie de couple transformée à ce point ». 

Une thérapie et un coaching pour que chacun trouve sa place

Après 20 jours de garde alternée et plusieurs heures de discussion à distance, le couple décide de reprendre une vie commune, à la condition de se faire aider. Ils contactent une thérapeute de couple, qui conseille à Gilles de suivre un coaching parental afin de prendre activement sa place de père. 

Parallèlement, les amoureux continuent à consulter la thérapeute, ce qui les aide à cheminer en tant que couple. Des consultations qui sauveront le couple. «Petit à petit, Gilles a pris à cœur son rôle de papa et a assumé de plus en plus de tâches familiales. De mon côté, j’ai appris à faire de la place à notre couple. Notre petite rentre à l’école dans quelques mois et je crois qu’on l’a trouvé, notre équilibre familial. Mais oui, je peux dire qu’on a vécu un vrai baby crash, tellement ce bébé a tout remis en question». 

Vous vivez un « Baby Clash » ? Nos conseils pour en sortir :

Comme Florence et Gilles, vous venez d’accueillir un bébé et que vous vivez des difficultés au sein de votre couple? Voici trois conseils qui vous seront utiles pour sortir du Baby Clash.

  • Communiquez : le silence et les tensions sont néfastes pour toutes les relations. Prenez le temps de parler, à deux, de ce qui ne fonctionne pas pour l’instant. Pour que cette discussion soit constructive, parlez en « Je » de ce que vous ressentez (ex : je me sens seul.e depuis la naissance de bébé), et évitez les reproches et/ou les généralités (ex : tu n’es jamais là).
     
  • Déculpabilisez : un couple sur cinq vit des difficultés relationnelles après la naissance d’un bébé. Vous êtes loin d’être les seules personnes à vivre ce baby clash.
     
  • Faites-vous aider : si les tensions persistent, n’hésitez pas à prendre rendez-vous chez un thérapeute de couple et/ou un coach parental afin de vous aider à sortir du conflit.

Plus de conseils sur le couple dans ces articles 

Envie de parler à notre personne de confiance, de découvrir les experts Copl ou de ne rien manquer de notre actualité ? N’hésitez pas à vous inscrire à notre plateforme et/ou à notre newsletter.

Vous avez une question spécifique à ce sujet ?

Posez-la nous gratuitement et nous reviendrons vers vous avec une réponse au plus vite. 

Vous avez une question spécifique à ce sujet ?
Recevez directement nos meilleurs conseils dans votre boite mail
preload
Une question vous démange ? Contactez-nous en envoyant votre question sur ✉️ conseil@copl.be