chevronRetour aux articles
Famille
Divorce & Séparation

À partir de quel âge peut-on envisager la garde alternée ?

Copl
[object Object]

Lorsqu’un couple se sépare, il doit régler toute une série de questions administratives, juridiques, financières, etc. Et, s’ils sont parents, la séparation revêt encore un caractère différent puisque la priorité absolue est le bien-être des enfants.  

L’un des éléments-clés de cette réflexion est l’hébergement des enfants. Quelles sont les possibilités en matière de garde alternée et à partir de quand peut-on l’envisager ? Véronique Schellekens, avocate, médiatrice familiale agréée par la Commission Fédérale de Médiation et coach parentale, a répondu à nos questions à ce sujet. Véronique Schellekens fait également partie de l’équipe de formateurs de Parents & Co’M, une asbl qui propose un accompagnement des parents séparés, ainsi que des informations sur la communication et la coparentalité. 

Qu’est-ce que la garde alternée ? 

Quand on parle de garde alternée, on imagine des enfants dont les parents sont séparés et qui se rendent une semaine sur deux chez leur papa et leur maman. Cependant, le concept comporte davantage de ramifications. Comme le définit Véronique Schellekens, « l’hébergement alterné consiste en la possibilité, pour chaque parent, d’héberger son enfant à tour de rôle ». Il y a deux grands types d’hébergements alternés : 

  • L’hébergement égalitaire : chaque parent a son enfant à la maison pendant la même durée. Il ne s’agit pas forcément d’une alternance stricte d’une semaine à l’autre. Comme l’explique Véronique Schellekens, « le système 2-2-5-5 fonctionne très bien, notamment pour les jeunes enfants qu’on ne souhaite pas séparer trop longtemps de leurs parents. Le lundi et le mardi, l’enfant est chez sa maman, le mercredi et le jeudi, chez son papa et la fin de semaine, il alterne ».  
     
  • L’hébergement non égalitaire : l’un des parents héberge ses enfants plus souvent que l’autre.

  

Il faut savoir qu’en Belgique, depuis 2006, la solution privilégiée par la loi est l’hébergement égalitaire. Pendant longtemps, le modèle le plus classique favorisait les mamans à qui l’hébergement principal était accordé, tandis que les papas se limitaient aux week-ends et aux vacances. Cependant, certains critères doivent être validés pour permettre cet hébergement égalitaire : 
 

  • L’intérêt des parents : ceux-ci doivent faire une demande active de garde alternée.   
     
  • La disponibilité : si l’un des parents voyage toutes les semaines dans le cadre de sa vie professionnelle, l’hébergement égalitaire n’est peut-être pas la meilleure solution. 
     
  • La distance : si les parents habitent à 250 km l’un de l’autre, les déplacements constants peuvent nuire à l’enfant.

Et qui prend cette décision ? D’abord et avant tout, ce sont les parents qui sont encouragés à réfléchir à la meilleure option et à s’accorder sur un modèle d’hébergement. Cependant, s’ils ne parviennent pas à se mettre d’accord, c’est le tribunal qui tranche.  

À partir de quel âge peut-on envisager la garde alternée ? 

Quand on parle de garde alternée, on n’imagine pas forcément un nourrisson être balloté de maison en maison. De plus, il n’est pas question de le séparer de sa mère les premiers mois, surtout si elle allaite le bébé.  

Ensuite, en ce qui concerne les jeunes enfants, « il est communément admis qu’ils ne peuvent pas faire vivre leur figure d’attachement dans leur imagination. Il est donc très important de ne pas les séparer de leurs parents durant une trop longue période pour nourrir le lien et éviter les cassures », précise Véronique Schellekens. L’attachement d’un tout-petit envers ses parents est un lien affectif essentiel à son bon développement. Il va participer à : 

  • Son sentiment de sécurité,
  • Sa confiance en lui,
  • Sa facilité d’adaptation,
  • Ses apprentissages,
  • Sa capacité à avoir des relations épanouissantes…

Heureusement, les auteurs s’accordent à dire que, dès 6 ans, l’hébergement égalitaire ne cause pas de dommage à ce lien. Cependant, la médiatrice observe que de nombreux parents appliquent ce système de garde alternée dès l’entrée à l’école de leur enfant.  

Le dernier mot de Véronique Schellekens 

« Pour moi, la voie royale, c’est l’hébergement égalitaire. Je constate que cela évite à l’enfant d’être pris dans un conflit de loyauté entre ses parents. De plus, il a autant besoin de ses deux parents pour se construire. Dans la pratique, ce n’est pas toujours possible mais il s’agit réellement d’un modèle à encourager ».   

Plus de conseils sur le couple et la famille dans ces articles :  

Envie de parler à notre personne de confiance, de découvrir les experts Copl ou de ne rien manquer de notre actualité ? N’hésitez pas à vous inscrire à notre plateforme et/ou à notre newsletter. 

Vous avez une question spécifique à ce sujet ?

Posez-la nous gratuitement et nous reviendrons vers vous avec une réponse au plus vite. 

Vous avez une question spécifique à ce sujet ?
Recevez directement nos meilleurs conseils dans votre boite mail
preload
Une question vous démange ? Contactez-nous en envoyant votre question sur ✉️ conseil@copl.be